D’un papillon à une étoile

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 16 novembre 2007

Histoires d’amour

  

Je voulais tellement te connaître, mais de ta vie, je ne connaissais que le paraître. Ivre de ce que nous aurions vécu, nous serions devenus des amants moins ambigus.  J’aurai caressé ton corps, aimer et goûter à tes mains encore.  Succomber à la puissance et à la morsure du désir. 

J’aurai combattu, victorieuse du plaisir, extasiée.  Peut-être que pour moi, tu l’aurais quitté. Je me serais perdue, mais je t’aurais gagné. 

Qu’aurais-été notre relation si je n’avais pas su ? Je me serais donné à toi, corps et âme, moins déçue, fait fi des interrogations, ni pourquoi, ni comment, aucune question, ni tristesse. Goûter à l’allégresse, étais-ce de la paresse, de ne pas succomber, de ne pas s’adorer ? Je me le demande sans cesse. 

S’aimer, se désaimer, je renonce à te fuir, de toi, je veux jouir mais il me manque le courage, comme un barrage.  Patatra, je me rétame encore une fois, viens avec moi… 

Ferme les yeux, imagine-moi, je suis dans tes bras, plongeant dans le bleu de tes yeux, le vert des miens est dans les tiens. J’ai posé ma main sur ton visage, la plus belle des caresses à tous les âges, ma douceur la plus infime pour une relation que l’on abîme. 

Qu’allons-nous faire de tes remords, de mes regrets ? Se les remémorer encore et encore comme une obsession passionnée de ne pas savoir se posséder ? 

Mon ange doré, adoré, tu me laisses désarmée, je n’ai plus que mes yeux pour pleurer.  Insiste encore un peu, oui tu le peux !. Tout est possible, impossible. 

Je reviens à nos débuts, tout a commencé par un regard plus appuyé, une conversation appropriée, l’attirance mutuelle prenant un pas sensuel sur l’amitié.  Un baiser, pour nous aimer, nos corps en rythme en parfait accord, nos envies d’encore. 

Je découvre, ce que je ne savais pas, je veux passer du temps dans tes bras, savoir ce que c’est d’être amoureuse en ayant le pouvoir d’être heureuse .

Dans ma vie, te garder. Te garder, te garder. 

T’apprivoiser. T’apprécier.  T’aimer. Me faire adorer. 

Écouter mes envies, faire taire ma pudeur, laisser rentrer le bonheur même pour une heure et même si c’est une erreur.  Vivre enfin, poursuivre mon destin, tenter ma chance, comme une délivrance en n’étant plus la proie du désir, succomber au plaisir. 

Me tromper.  Me faire abuser. Ne plus renoncer.  Mourir sous tes baisers. 

Mais je suis solitaire, ma solitude va se taire, car j’ai le cœur en ébullition, je succombe à mes tentations. 

Tu sais, je suis un appel au plaisir, je suis un désir. 

Avide de caresse et de tendresse, experte en douceur, explore les secrets de mon cœur. J’aime que l’on m’aime, fait de même, ne soit pas avare des hasards, des coïncidences ou des superstitions, tiens bon je suis la tentation. 

Tu sais, je suis un appel au plaisir, je suis un désir. 

Avide de caresse et de tendresse, de câlins, semer sur ton corps l’amour jusqu’au matin, conjuguer à deux, nos lendemains. Un peu de courage, garde moi dans ta vie, j’y ferais bien mon nid. 

Je suis si jolie et tu en as tellement envie…

 A mes amours emmêlées entremêlées…

Dans : Amour
Par didinem
Le 16 novembre, 2007
A 14:28
Commentaires : 15
 
 
 

o0° POuSsIèRe d'EtOiLe °0o |
Mission Akira |
Colombe22 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ETATS D'AMES
| POUSSIERES DE FEE
| Barnabe Book Blog