D’un papillon à une étoile

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 21 août 2007

Hommage à Jeanne

Jeanne est née le 27 juin 1914, elle a 6 ans lorsqu’elle croise le regard d’un petit garçon du même âge et elle saura à cet instant qu’il est l’homme de sa vie.Elle l’épouse 12 ans plus tard, elle a 18 ans.

Ils auront 3 enfants, une fille et deux garçons, ils sont heureux les premières années tous ensemble.

Jeanne a 31 ans lorsque son mari la quitte pour une autre femme, ce qui est très rare à cette époque.Sa vie bascule à cet instant, plus rien n’a d’importance, envahie par le chagrin, elle se laisse mourir peu à peu, mais elle survit, sans doute pour ses enfants, brisée mais bien vivante.

Les enfants grandissent et font leur vie, se marient, ont des enfants, elle découvre ses petits-enfants et même ses arrières petits-enfants.Jeanne vit seule à Paris, dans le 15eme, à Convention, elle y a ses habitudes, longtemps elle sera la concierge de l’immeuble où elle habite.

Si, elle a eu, des aventures, elle n’est jamais resté avec un homme, elle a toujours gardé son alliance et les photos de son bonheur, s’accrochant à son passé, persuadée qu’elle n’avait plus d’avenir.

Le temps a filé entre ses doigts, elle a vieilli et s’est fanée, la fin de sa vie fut très dure, je n’entrerais pas dans les détails, mais vieillir seul, dans une institution spécialisée avec des personnes ayant des pathologies lourdes et différentes abrègent fortement la vie, car la mort est présente à tous les étages.

Jeanne est décédée le 1er octobre 2006, elle avait 92 ans, c’était mon arrière grand-mère et je l’aimais, elle était douce, calme, un caractère certain, elle me faisait souvent rire par ses attitudes, c’était quelqu’un de bien, d’une bonté extraordinaire.

Elle est allée rejoindre son fils Michel, trop tôt disparu, en 1999…eh oui, elle avait perdu un enfant aussi.Michel était la gentillesse personnifiée, il nous manque à tous.Rejoindre aussi, l’homme qu’elle n’a jamais cessé d’aimer, mort une année plus tôt.

Par ce texte, je voulais lui rendre hommage, bien sûr, j’ai fait partie de sa vie, vivant avec elle, les bons et les mauvais moments.J’étais là, quand elle est tombé malade et que son histoire personnelle, ses souvenirs et tout ce qui a fait sa vie lui était devenu étranger.J’ai connu l’attente terrifiante, en ce mois de septembre 2006, où nous savions qu’elle allait nous quitter et l’impuissance de la retenir, la voir partir c’est tout ce dont nous avions droit.

Quelquefois, je vais sur sa tombe, son portrait trône aussi chez moi, par ces mots, je voulais lui dire que je l’aimais, que je ne l’oublie pas et que dans mon esprit et dans mon coeur elle est bien vivante.

Elle me fait penser à Jeanne, l’héroine de Maupassant dans « Une vie », qui est peut-être, encore à ce jour, mon livre préféré.Une vie pour rien ?, faite de beaucoup de souffrances et de solitude, triste constat, mais il y en a de pire, surtout dans ma famille…

Repose en paix.

Je t’aime.

Sandrine.

Dans : Hommage à Jeanne
Par didinem
Le 21 août, 2007
A 9:12
Commentaires : 8
 
 
 

o0° POuSsIèRe d'EtOiLe °0o |
Mission Akira |
Colombe22 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ETATS D'AMES
| POUSSIERES DE FEE
| Barnabe Book Blog